Évaluation de la taVNS pour les environnements extrêmes : une étude exploratoire des avantages pour la santé et de la gestion du stress.

Le Roy, B., Martin-Krumm, C., Gille, A., Jacob, S., Vigier, C., Laborde, S., Claverie, D., Besnard, S., & Trousselard, M.

Contact : barbara.m.le.roy@gmail.com

Résumé de l’article publié le 22/11/2023 dans Frontiers in Neurology

Les missions spatiales de longue durée représentent un véritable défi pour le maintien de l’adaptabilité des astronautes. La recherche sur la stimulation transcutanée du nerf vague (taVNS) se développe rapidement, et ses modalités constituent un défi majeur de recherche. Un nombre croissant de revues insistent sur la nécessité de valider des biomarqueurs pour surveiller les effets afin d’améliorer notre compréhension des processus par lesquels la taVNS agit. La variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) semble être un candidat pertinent qui informe sur le système nerveux autonome (SNA). Il s’agit d’une technique prometteuse pour minimiser les effets pathogènes de telles missions à grande échelle et pourrait donc constituer une contre-mesure pertinente. Cette étude visait à étudier l’impact de la taVNS sur le fonctionnement cognitif, psychologique et physiologique, y compris le fonctionnement du SNA, ainsi que les avantages de l’augmentation du nombre de sessions de taVNS.

Méthode : Un total de 44 participants en bonne santé ont été assignés au hasard à l’un des deux protocoles croisés : un protocole de session unique (une taVNS et une simulation factice) ou un protocole de sessions répétées (trois taVNS et trois simulations factices). Des mesures cognitives (exécutives  et attentionnelles, réalisées avec le MindPulse), psychologiques et physiologiques ont été réalisées avant (pré) et après (post) chaque intervention. Le suivi du sommeil n’a été enregistré qu’avant la première et après la dernière intervention de chaque protocole. Pour le protocole de sessions répétées uniquement, les participants ont été répartis en deux groupes en fonction de leur gain d’activation parasympathique lors des trois interventions : delta parasympathique élevé (HPd) et delta parasympathique faible (LPd).

Résultats : Les participants au protocole de sessions répétées ont augmenté leur VFC, leurs performances cognitives et leur efficacité de sommeil. En particulier, la taVNS a induit une activation parasympathique et une flexibilité cardiaque plus élevées par rapport à la simulation factice dans le protocole de sessions répétées. Néanmoins, la perception du stress peut indiquer un effet nocebo des sessions répétées. Le profil HPd présentait une meilleure conscience interoceptive, une VFC mise en évidence par des mesures non linéaires et de meilleures performances cognitives, mais une diminution de certains indicateurs d’efficacité du sommeil par rapport au profil LPd.

Conclusion : La taVNS semble induire des résultats positifs sur la santé, surtout lorsque la stimulation est répétée trois fois par semaine. Nos résultats soulignent les avantages de l’activation parasympathique pendant la taVNS sur le fonctionnement psychophysiologique et cognitif. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour valider ces résultats sur un grand échantillon, en utilisant des mesures longitudinales sur plusieurs mois. Cette intervention semble prometteuse en tant que contre-mesure aux missions et occupations extrêmes.

Profitez de -50% sur la formation dès 25 comptes rendus achetés avec le code promo FORM50 !

X
fr_FR