Cas Clinique : Fabian, 13 ans, TDAH

Contexte de l’évaluation : Fabian consulte afin de faire le point sur son développement suite au diagnostic de TDAH il y a 4 ans. Aucune particularité de développement. La scolarité a toujours été correcte pour les apprentissages, mais nécessite un travail colossal. Le comportement est impulsif, parfois agressif. La lenteur est importante au quotidien et l’attention difficilement maintenue dans le temps.

WISC-V : Le fonctionnement cognitif est homogène et dans la moyenne haute en dehors de la vitesse de traitement qui apparait fortement ralentie (zone moyenne faible / limite). Les compétences de raisonnement sont excellentes. La mémoire de travail est soutenue par la modalité visuelle.

Épreuves FEA : Au niveau exécutif et attentionnel, le ralentissement s’observe de manière générale, et est amplifiée par des effets de débordement attentionnel (D2-r) et exécutif (Changement, subtest Inhibition ; AARA). La flexibilité est couteuse, de même que le maintien du contrôle attentionnel et exécutifs. L’initiation peut être difficile (dénomination, subtest inhibition ; AARA).

 

TEAC-ch : inutilisable puisque Fabian l’a déjà fait 4 fois avec son neuropsychologue précédent, les résultats seraient ininterprétables.

MindPulse : La vitesse perceptivo motrice est extrêmement ralentie (TRS : z=4,00) à cette épreuve, ce qui s’associe à une certaine rigidité motrice. Un léger ralentissement de la vitesse exécutive est également observé (z=1,12) indiquant à la fois un ralentissement de la sphère perceptivo-motrice et idéique chez Fabian. La précision est fragile, avec 3 erreurs totales (z=0,95). L’ajustement face à la difficulté est en revanche parfaite (z=-0,09).

L’analyse spécifique des erreurs met en évidence une impulsivité avec 2 erreurs d’anticipation (réponse avant le stimuli ; z=1,75), pouvant aussi être liées à une rigidité motrice ; ainsi qu’une erreur de choix qui est normale pour l’âge (z=0,54).

Fabian présente par ailleurs de très importantes difficultés attentionnelles sur cette épreuve, avec des fluctuations majeures tout au long des 3 parties. Ces difficultés sont centrales et expliquent partiellement le ralentissement observé chez ce jeune homme. Une éclipse attentionnelle (réponse aberrante) est observée à la fin de la première partie (z=0,91) suggérant une légère fragilité dans le maintien volontaire du contrôle attentionnel.

Conclusion : Le MindPulse nous permet ici de mettre en évidence que le ralentissement de Fabian, retrouvé de manière modérée à la WISC-V (IVT – Codes ; Symboles) et de manière variable dans les différentes épreuves FEA classiquement utilisées (Inhibition – NEPSY-II ; D2-r) est avant tout un ralentissement perceptivo-moteur qui se combine à un ralentissement plus modéré de la vitesse exécutive.

Cela peut se traduire par un ralentissement du geste graphique (Codes ; D2-r) qui s’associe à un ralentissement idéique (D2-r ; Symboles ; partie Dénomination & Changement d’Inhibition) et génère l’impression de lenteur globale retrouvée chez Fabian.

Les difficultés attentionnelles se retrouvent quel que soit l’outil utilisé, aussi bien au travers d’Attention Auditive & Réponses Associées (AARA) de la NEPSY-II que dans le MindPulse, qui spécifie toutefois l’altération générale des sous-systèmes attentionnels, avec un défaut de vigilance, de sélectivité et d’attention exécutive. Cette part exécutive apparait prépondérante dans le profil de Fabian, et se retrouve dans le MindPulse comme dans la partie Réponses associées de AARA.

Les difficultés en flexibilité cognitive n’apparaissent pas de manière majeure dans les épreuves classiques, hormis via l’interprétation qualitative de certains scores (score de comparaison des fluences ; score de comparaison AA/RA) qui marquent davantage les difficultés de contrôle exécutif général que la spécification retrouvée dans les sous-systèmes exécutifs dans le MindPulse.

fr_FR